PR 11.254 PAQUOT

Construction neuves de 10 unités de logements répondant aux standards passifs / 1512 m2 / Rue Paquot à Ixelles

Situé sur une zone de mixité, le site est entouré de typologies différentes de bâtiment. Le logement est représenté dans un tissu urbain fait de maisons bruxelloises aux gabarits de R+2 et R+3, habitées en unifamiliale ou transformées en maison de rapport. Le logement est également présent dans le site des « Jardins de la couronne » par la construction d’un ensemble plus important en échelle et en gabarit (R+5+T). L’hôpital d’Ixelles et la seigneurie du CPAS marquent la zone d’intérêt collectif ou de service public, ces deux bâtiments s’expriment également par une architecture massive et fortement présente (R+5). Un accès pour les fournitures d’urgences de l’hôpital ainsi qu’une servitude de passage des secours piétonnier pour la seigneurie sont situés en bordure de la parcelle. L’îlot entier semble avoir été tronqué pour permettre l’installation de la zone de service public. La façade nord de l’hôpital vient refermer l’îlot d’habitations bruxelloises. Le Plan Régional d’Affectation du Sol à réaliser une découpe nette et trop franche de l’îlot d’habitation. Les jardins semblent amputés par la nouvelle mitoyenneté, l’espace résiduel rompt la dimension naturelle et la respiration de l’intérieure de l’îlot. L’intimité perdue des logements laisse penser qu’aucun espace de transition n’a donné lieu à une réflexion dans l’aménagement des abords de l’hôpital. Une ouverture sur l’espace public est créée et laisse comme une plaie dans la ville.

Les espaces communs sont volontairement généreux. L’accès principal de la construction se situe du côté de la rue Jean Paquot, Pour le piéton, l’entrée se fait par un hall couvert et ouvert sur l’extérieur qui comprend les boites aux lettres et le contrôle d’accès aux logements ainsi que le local des compteurs et des rangements privés. Le local vélo est également prévu coté rue. En entrant dans le projet, on se dirige vers le jardin commun et la lumière pour emprunter l’escalier qui mène aux différents appartements. Le volume situé au dessus de l’entrée est volontairement peu profond, il facilite le passage de l’entrée et peut intégrer des terrasses aux étages sans vis-à-vis sur les logements existants. La circulation piétonne est séparée du chemin des voitures. La transparence des communs du rez-de-chaussée apporte un éclairage naturel de ces espaces, une lisibilité facile des services proposés tout en assurant un sentiment de sécurité par un contrôle social favorisé. Les grands appartements sont situés aux extrémités du projet et profitent de larges terrasses orienté Sud/ouest. Les logements d’une seule chambre prennent place au centre du complexe et prennent la lumière du sud/est par de généreuses ouvertures. Chaque logement possède une terrasse privative. La situation de l’immeuble sur l’angle offre aux habitants une grande perspective sur le square Albert Verhaeren. Cette façade est donc ouverte généreusement pour les appartements traversant, situés au centre du plan. L’architecture proposée exprime la vie intérieure de l’habitation. Les coursives situées au nord distribuent les logements sans créer de vis-à-vis « permanent » avec l’intérieur d’îlot.