13.292_GOUJONS FACADES

Etude de faisbailité en vue de la rénovation de l'enveloppe extérieure et de la mise en place de tous les moyens nécessaires pour atteindre le standard passif de l'inmmeuble des "Goujons" / 36.673 m2 / Rue des Goujons à Anderlecht, Bruxelles / 2013

Il s’agit de 2 volumes parallélipédiques de 19 étages formant un angle ouvert désservis par 3 noyaux de circulations. A l’origine l’ensemble se veut dégager au rez-de-chaussée (tour de logement ‘corbuséenne’) par la présence de colonnes. Ces colonnes portent des voiles béton traversant sur toute la hauteur. Les dalles bétons portent de voile à voile.Les cages d’ascenseurs sont reliées par un long couloir continu déservant les appartements (mono orientés sauf aux extrémités); à mi-parcours se trouvent les caves privatives, et ce à chaque niveau.Les façades est et ouest ne sont que des remplissages (non porteurs).Le plan type, répété sur les 19 étages, se compose essentiellement de logements 1 chambres. Il y a également des 2 et 3 chambres (ces derniers aux extrémités du bâtiment).
Les façades ne sont pas isolées, les châssis sont d’origine. Les coursives sont dans la prolongation des dalles et crées ainsi de gigantesques ponts thermiques.Le béton des coursives se décompose et les rambardes ne sont plus stable.

Afin d’atteindre les objectifs du Maître d’Ouvrage, càd un batiment qui tend vers le passif, nous ne voyons d’autre solution que de démolir les coursives existantes (ce qui résoud également le problème de décompositions des balcons) afin d’ optimiser l’enveloppe énergétique et de supprimer les noeuds constructifs les plus défavorables, càd les coursives existantes.Nous optons pour de nouvelles coursives, plus large en moyenne (on passe de 60cm à 100cm) et, devant les espaces de vies, des largeurs allant jusqu’à 200cm, de quoi y installer une table et 4 chaises).Nous souhaitons également conserver l’esprit d’origine de la construction, un immeuble sur colonne libre à sa base : c’est pourquoi la structure des coursives , en acier, est suspendue à des poutres métalliques, elles-mêmes  solidarisées aux voiles bétons qui constituent la structure principale de l’immeuble.Le bardage existant, ainsi que tous les châssis et remplissages, sont démontés et évacués : ne reste plus que la structure béton.Les châssis existants sont remplacés par des châssis en aluminium à coupure thermique et vitrage performant, tout en conservant les mêmes ouvertures.
Les gardes-corps pourrait être en verre feuilleté sérigraphié.