A0 13.303-VAN MALDER

Construction neuve d'un habitat solidaire pour séniors / 616 m2 / Bruxelles / 2013

Le programme se compose de 9 studios dont un, aménagé pour PMR, situé au rez de chaussée. Les logements sont reliés entre eux par une grande terrasse commune de 26 m2 sur chaque niveau.
Le rez de chaussée de la façade d’angle, est réalisée en tôle d’acier laqué, résistante et facilement lavable et repeinte.
Les autres volumes de la construction sont protégés par un revêtement en plaquettes, éléments réalisés à base de sable, quartz et liant qui ne demandent aucun entretien particulier. Son vieillissement ne se fera pas ressentir même dans une zone très urbanisée de la ville. L’aspect de cette finition est comparable à de la brique de parement.
Les terrasses peuvent être protégées du vent dominant par le vitrage coulissant prévu au.Ce qui permet d’utiliser les espaces extérieurs plus souvent en hiver.
Les éléments de la structure sont en béton préfabriqué, réalisés avec un très haut dégré de finition. Ce procédé de préfabrication permet de laisser les éléments brut sans exiger l’apport d’autres matériaux.
Le jardin collectif est situé au troisième étage et propose une serre/atelier/lecture… en fonction de l’affectation qui sera choisie par les usagers.
La chambre supplémentaire est volontairement détachée des autres studios et de la salle commune principale. Ce qui permet d’acceillir les proches de n’importe quel pensionnaire avec une grande flexibilité.
L’ensemble du projet a reçu un certificat de conformité par rapport au RRU en matière d’accessibilité des PMR à tous les logements et aux espaces communs ainsi qu’au logement adapté aux personnes à mobilité réduite.
Les studios possèdent un sas d’entrée, indispensable aux performances énergétiques demandées. Cet espace augmente le confort acoustique et préserve l’intimité des logements.
Un rangement par logement se situe dans le sas. L’entrée des studios se fait par le nord/est ou nord/ouest du logement, partie la moins éclairée et sóuvre vers la lumière naturelle. Les pièces de vie sont toutes orientées au sud/ouest et la partie nuit est séparée ou séparable du séjour.
Chaque studio possède son rangement/vestiaire intégré.
Tous les logements sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Pour les options en énergie renouvelable sur site, nous proposons de combiner des  panneaux solaires sur la toiture avec l’installation un système géothermique de pompe à chaleur sol/eau à forage vertical.
La surface disponible pour les panneaux solaires étant limitée, il nous semble plus raisonnable de favoriser les panneaux photovoltaïques(PV), plutôt que les panneaux thermiques (P TH). L’énergie produite par les PV a plus de possibilités d’application, et permet de transmettre l’énergie au réseau public aux moments de surproduction, tandis que l’application de l’énergie des panneaux thermiques se limite à préchauffe de l’eau sur site. L’électricité produite sur site sera, en priorité, utilisée pour la production d’eau chaude sanitaire et de chauffage via un système centralisé de pompe à chaleur géothermique
Le bâtiment sera certifié passif avec un niveau de confort fixé à 20 C°.
Les occupants cibles sont des séniors. Le ressenti des 20 C° est altéré par l’âge et le niveau de confort est souvent de 22 C°. Un thermostat et le système d’appoint doit pouvoir donner cette possibilité afin d’éviter des plaintes dès l’entrée en fonction de l’immeuble. Le projet tel que conçu (structure mixte bois/béton) possède une bonne inertie mais les studios sont des petites unités et sont donc pourvus de « sas » afin d’éviter de les refroidir trop rapidement. Il sera important d’expliquer l’importance d’utiliser ces sas à bon escient. Il en va de même avec l’ouverture et la fermeture des fenêtres. En effet, l’étanchéité de l’enveloppe couplée au système de double flux doit être bien comprise pour ouvrir et fermer les fenêtres intelligemment.
La participation et l’esprit solidaire peut faire basculer certaines tâches dans le chef des occupants, en effet l’apprentissage du relevé des compteurs ou par exemple le nettoyage des filtres du groupe double flux pourrait devenir à charge des occupants si un écolage et une responsabilisation est réalisé en amont. L’analyse des consommations et l’impact sur les factures peut devenir une activité à part entière au sein de la communauté.
La consultation du projet « Ambassadeur du passif » mis en place par l’asbl l’Espoir serait intéressant à mettre en place afin de bénéficier de leur expérience.